Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 22:01

Paroles d’aujourd’hui :
Jean Gillibert

Au théâtre du Nord-Ouest

13, rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris

1er acte : mercredi 23 janvier 17h 20h30

Présentation du cycle et présentation du poète Jean Gillibert, médecin psychiatre et psychanalyste, homme de théâtre complet.
(in Présence de Jean Gillibert, par Michèle Venard, L’Harmattan).
Son oeuvre de traducteur et d’adaptateur de Dostoïevski, de Jouve, de Tolstoï, de Balzac...
Avec Jean-Paul Louis Lambert membre actif de la Société des Lecteurs de Pierre Jean Jouve. 
Discussion libre sur l’adaptation pour le théâtre des oeuvres littéraires.
 Anna Karénine adapté par Jean Gillibert. Passage d’un extrait de La Mort d’Anna Karénine interprété par Laure Guizerix.
Vautrin, « valeur théâtrale du roman et les trois voix du personnage de Vautrin ».
Jean-Claude Penchenat, acteur et metteur en scène, témoigne de l’aventure artistique de Jean Gillibert au Campagnol,
de la Piscine au CDN dont Jean Claude Penchenat était le directeur.
Macbeth : Master classe ouverte et conduite d’acteurs par Jean Gillibert sur un choix de scènes de sa traduction de Shakespeare.

2e acte : mercredi 30 janvier 17h 20h30

Jean Nouveau lu par Michèle Venard: Introduction aux grands univers du théâtre de Jean Gillibert La réalité au théâtre: Conférence de Jean Gillibert
. Seize pages arrachées à « À coups de théâtre» publié chez Orizons, lues par Éric Auvray, Noémie Bianco, Ariane Dubillard, Christian Fischer, Édith Garraud, Laure Guizerix...


3e acte : mercredi 13 février 17h 20h30

La Berlue : Lecture de sa pièce par Jean Gillibert et Marc-Olivier Sephiha (préface et didascalies lues par Michèle Venard)
. « L’Autre théâtre » Entretien avec Marc-Olivier Sephiha (cf. livre d’Entretiens publié chez Phébus).
Libres échanges avec des témoins et acteurs de l’aventure artistique et théâtrale de Jean Gillibert.


4e acte : mercredi 20 février 17h 20h30

La Mort des Humes : Mise en lecture avec Jean Gillibert dans le rôle du Balayeur Satan, Christian Fischer et Michèle Venard
 pour les didascalies, Ariane Dubillard, Édith Garraud, Antonio Interlandi...
Lecture précédée d’une présentation de sa pièce par Jean Gillibert, auteur de plus de cent vingt gestes théâtraux,
de quatre essais sur l’art de l’acteur et sur le théâtre, d’adaptations, de traductions, et de quarante pièces, trente publiées...

Ce projet, accueilli par le Théâtre du Nord Ouest, est mu par la volonté de chacunde faire entendre la parole singulière d’un grand artiste du théâtre.

Merci d’annoncer votre venue en téléphonant au 01 42 39 21 61 ou par courriel à enperce@free.fr
Si vous souhaitez intervenir lors des séances comme témoin ou acteur, merci de nous l’indiquer très rapidement.


 

Théâtre En Perce

25, avenue Jean Jaurès

75019 Paris

enperce@free.fr


couv (3)

Repost 0
Published by fischer - dans Voix d'artistes
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 23:35

Jean Gillibert et le théâtre antique

Le mot, le son et le temps

Cycle Maison des Métallos

 

Hier, mardi  Jean Gillibert nous a livré  pendant près d'une heure et demie, des moments  de sa vie dans le son et le sens.

 

Pour l'histoire et la mémoire du théâtre, il a parlé de  la période  après-guerre, du Groupe du Théâtre Antique de la Sorbonne avec un insert sur  stasimon grec et   stances cornéliennes;  il a rendu hommage aux artistes de la Maison des Lettres et à Jean Vilar.  Dans une perspective historique et véritablement politique, il nous a donné ce qu'il sait et a compris du théâtre attique et replacé les Grecs peuple "se pensant élu plus que le peuple juif " comme ayant  la hauteur d'âme de reconnaître avec la pièce d'Eschyle la violence faite aux vaincus.

 

 Esprit libre  il a ouvert la réflexion sur les génocides non reconnus l'arménien, et le vendéen que notre République n'a pas encore admis.

 

Et  il  a réussi  ensuite  à tenir en émotion vibrante sa lecture et son chant des Perses d'Eschyle.

 

Il a transcendé la petite salle inadaptée où nous étions confinés, assis sur des chaises inconfortables, avec une visibilité nulle, et une organisation pantelante.

Il a invoqué et fait venir l'Ombre de Darius, il a fait entendre  la plainte  élégiaque, il a chanté Xerxès et Atossa.

 

Sublimes moments qui  devraient appartenir à un grand plateau national. 

Jusques à quand encore, les théâtres installés et nourris de subsides conséquents fermeront-ils leurs portes à un tel trésor ?  Ils ne veulent pas voir ce qui leur échappe.

 

Ce soir, Jean Gillibert continue sa route  et va faire battre notre cœur au rythme du sien.

 

Ce soir à 19H30 La Mort du Temps avec deux poèmes dramatiques de Jean Gillibert  

 

Celle qui écrit aux morts lu par Laure Guizerix, aux orgues et saxophone Barry Hayward et Claire Caillard.(durée 20')

suivi  de

Les Barres parallèles lu par Michèle Venard et Christian-Fischer, à la batterie jazz Douglas Sides.(durée  40 ' environ )

 

Deux  vieillards parlent au-delà d'eux-mêmes . Ils vont s'embarquer dans la mort. Le travail initié par Jean Gillibert, disent les acteurs,  fait se plonger les participants dans une recherche, de l'élégie, de la construction des litanies, de la violence interne, afin de tenter d'atteindre un état visionnaire. Dans cette initiation à la mort, le cœur qui bat est entendu à la batterie (didascalies lues par Jean Gillibert)

 


Par amitié  et par conscience de l'exceptionnel, les acteurs de théâtre offrent leur prestation à Jean Gillibert.


M.V.

Repost 0
Published by fischer - dans Voix d'artistes
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 23:24

J.G.Portrait

Jean Gillibert

Homme de théâtre et créateur

 

"C’est un phénomène atmosphérique !" dit l’acteur Bruno Sermonne

Maria Casarès associée à Châteauvallon qu'il a artistiquement crée, déclarait «il suffit que Jean Gillibert me parle d’un projet pour que je sois immédiatement en état de création»

Le livre de Michèle Venard, (Présence de Jean Gillibert, (Chronologie, témoignages, inédits) publie sa correspondance avec Albert Camus, Jean-Louis Barrault, Roland Barthes, Jacques Derrida, Julien Gracq….lesquels disent Jean Gillibert bien mieux que tout commentaire. Ses Entretiens avec Marc Séphiha publiés chez Phébus, ou son dernier essai autobiographique, Jean sans terre, aussi.

Passeur, il est toujours actif à défendre la liberté de vivre et de créer

 «Au théâtre comme dans la vie, j’ai essayé d’être libre, c’est à dire de ne jamais désespérer. J’ai résisté à la main mise de la cité»

C’est un homme unique aux différents visages.

Né en 1925, il mène une carrière de médecin psychiatre et de psychanalyste et accomplit son œuvre artistique comme homme de théâtre complet : acteur, metteur en scène avec plus de «cent gestes théâtraux», traducteur d’Eschyle, de Sophocle, d’Euripide, de Shakespeare, de TS Eliot, de William Blake, d’Edgar Poe… adaptateur de Rojas, de Calderon, Tolstoï, Balzac, Dostoïevski, Henry James, Pierre Jean Jouve, Raymond Guérin…auteur de nombreux articles, auteur de cinq essais sur le théâtre et l’art de l'acteur, auteur encore de pièces de théâtre.

Jean Gillibert est l'auteur d’une œuvre théâtrale personnelle importante qui se poursuit encore aujourd’hui et qui n’a jamais bénéficié de quelque « aide à la création » que ce soit.

Il a monté lui-même la plupart de ses adaptations, deux de ses Trilogies et sept de ses pièces poétiques sans soutien du "théâtre Service Public" ni de l'administration ministère de la Culture. "Ce n'est pas l'état qui trouve Rimbaud. C'est Verlaine et une passion JG "

La Mort d'Alexis a été montée par Cynthia Gava et jouée en France et en Angleterre avec une équipe de jeunes acteurs amateurs

Dans des conditions professionnelles, Michèle Venard a mis en scène lors de l’évènement Présences de Jean Gillibert  trois pièces "quelques pages arrachées" à La Folie Pont aux Dames, Avec des Chiens et Rude Journée pour le sexe.

 

Elle a lu en public plusieurs nouvelles de Jean Gillibert et est à l’origine du projet articulant les univers de Strindberg et de Gillibert.

Repost 0
Published by fischer - dans Voix d'artistes
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 23:15

 

couv (3)

Cycle Jean Gillibert  

Maison des Métallos /  Théâtre du Nord-Ouest

Information

 

En juin 2005, La Compagnie Théâtre en Perce organisait, à la Maison des Métallos, une journée PrésenceS de Jean Gillibert proposée et orchestrée par Michèle Venard, metteur en scène et auteur du livre Présence de Jean Gillibert.

Co-réalisée par Radio-France et captée par elle, ouvrant huit heures d’émissions diffusées sur France-Culture, cette manifestation comptait, entre autre, une conférence et des lectures de Jean Gillibert sur Artaud et Rimbaud et trois pièces de Jean Gillibert mises en scène par Michèle Venard (composition musicale Alain Lithaud, lumières Philippe Lacombe)  "quelques pages arrachées" à La Folie Pont aux Dames, Avec des Chiens et Rude Journée pour le sexe. La distribution réunissait aussi bien des acteurs déjà investis dans l'œuvre et le parcours de Jean Gillibert comme Bruno Sermonne, André Cazalas, Josette Boulva, Christian Fischer, Laure Guizerix, Stéphane Valensi que des acteurs non initiés, mais prêts. (Gisèle Renard, Françoise Arthaud, Serge Djen, Julie Recoing…).

 

À l’occasion de la sortie à L’Harmattan du premier tome de l’œuvre théâtrale de Jean Gillibert (vingt-neuf pièces de théâtre dont quatre Trilogies, et sept «pièces poétiques»), Jean Gillibert sera de nouveau à la Maison des Métallos et conduira lui-même notamment les lectures de son Théâtre du temps (Celle qui écrit aux morts avec Laure Guizerix, et Les Barres parallèles, adaptation d’un No japonais, pour Christian Fischer et Michèle Venard)

 

Et aussi, à partir d’octobre, lors du cycle Strindberg au Théâtre du Nord-Ouest, Jean Gillibert viendra parler de son approche de l’auteur norvégien dont il a monté La Sonate de Spectres (1967 avec Tania Balachova) et La Danse de Mort.

Cette conférence mettra en résonnance une part des univers de Strinberg et de Gillibert avec les lectures conduites par Michèle Venard : Celle des Croisés ou La Compétition des vieillards (théâtre de mort et de renaissance, ménage «croisé» de deux couples, leur enfant sacrifié, la culpabilité («D’où me vient cette épouvante? ») et la dernière séquence des Imprésario de l’Apocalypse» «Le théâtre ne gère pas un patrimoine- ce n’est pas un art bourgeois de récupération- il révèle en même temps l’homme et ce qui n’est pas l’homme, le monde et ce qui n’est pas encore le monde. JG».

Et Michèle Venard lira La Mort en Douce de Jean Gillibert.

 

Par ailleurs, elle annonce la saison artistique 2009-2010 de l’Atelier Permanent de Lecture et d’écoute de en Perce, avec les lectures, au Studio du théâtre Pandora d’Alberto Moravia, James Joyce, Ivo Andric, Joseph Kessel, Paul Morand, Kawabata Yasunari, et Vassili Grossman.

Repost 0
Published by fischer - dans Voix d'artistes
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 23:07

      J.G.Portrait

Jean Gillibert en lecture - Cycle Strindberd - Nord-Ouest

Jean Gillibert, homme de théâtre complet, acteur, auteur, adaptateur, traducteur, metteur en scène avec plus de cent gestes théâtraux, homme d’action et de rencontres, viendra au Théâtre du Nord-Ouest

Dans le cadre du cycle Strindberg, Jean Gillibert nous parlera de son expérience théâtrale avec l’auteur suédois dont il a monté La Sonate des Spectres avec Tania Balachova et La Danse de Mort avec Josette Boulva, ainsi que de la «réalité des spectres au théâtre, des Grecs à Strindberg en passant par Shakespeare »

«Le théâtre lutte toujours avec la mort, ne serait-ce qu’en l’imaginant, sinon il n’est pas théâtre… les spectres du théâtre en Occident, sont des morts qui n’ont pas encore été acceptés parmi les morts. Ces sont des «errants considérables» comme le dirait Rimbaud» (in Entretiens de JG avec Marc Sephiha (Phebus 2004)

Cette intervention sera suivie par la mise en lecture de l’une de ses récentes pièces qu’il a lui-même choisie comme faisant résonance à une part de l’univers de Strindberg :

 

Les Croisés ou La Compétition des Vieillards

«Je me suis toujours permis de mettre le passé dans son véritable temps qui est le prophétique, que la prédication soit tragique ou comique. «Croisés» nous sommes, entre figures du passé et figures du devenir, la mort étant bien le mystère de ce qui se passe. Croisement des sexes, croisement de l’amour et de la haine… où pensées et êtres ne peuvent à leur tour que se croiser et non se ressembler et se dire «mêmes». Il y a eu des croisés massacreurs au temps des Croisades, il y a eu des croisés mineurs, vilipendés et non reconnus, «les croix de feu» du Colonel de la Rocque avant la guerre de 40. «Croisés» contre le nazisme et le régime de Pétain, on aime bien les oublier. Ils souhaitaient c’est vrai, une civilisation chrétienne. Celle-ci a achoppé. Peut-être parce qu’il n’était plus admissible qu’avec le Christ, c’est de son sang qu’on se saoule».JG

 

avec: Catherine Chauvière, Christian Fischer, Laure Guizerix, Edith Garraud, Richard Leduc, Antoinette Surun, Michèle Venard.

 

 

La Mort en Douce,  lu par Michèle Venard

«Dans ma Trilogie Les Fulgures je préfère La Mort en Douce, tu sais, l’histoire du gars qui parle à son cercueil. « Au jeu », je suis persuadé que si quelqu’un la monte un jour, ce sera très parlant. Je crois avoir compris, à travers mes expériences, ce qu’est le retentissement théâtral» (in Entretiens de Jean Gillibert  avec Marc Sephiha (Phebus 2004)

 

Lectures orchestrées par Michèle Venard, metteur en scène, comédienne, auteur notamment de Présence de Jean Gillibert, publié à l’Harmattan.

 

 

Repost 0
Published by fischer - dans Voix d'artistes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de christian.fischer.over-blog.com
  • Le blog de christian.fischer.over-blog.com
  • : Acteur formé lors des rencontres du Festival Mondial du Théâtre de Nancy, à l’école de Grotowski et à celle de la Cartoucherie de Vincennes, Christian Fischer-Naudin a jusqu'à présent consacré l'essentiel de sa carrière au théâtre.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens