Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 22:06

Le Roi de Patagonie ou Antoine cousu d'enfant écriture et

Le Roi de Patagonie ou Antoine Cousu d’enfant

de Michèle Venard et Jean-Michel Guillery

Mise en scène Michèle Venard – création Théâtre de la Gare Paris

Avec : Christian Fischer-Naudin, Roch Lebovici, Dominique Péju, Michel Poujade, Freddy Rojas, Jean-Claude Tiercelet - Éclairages : Stéphane Cami - Création musicale : Marcel Weiss

 

….« Tout à fait intelligemment (il devient même rare qu’une dramaturgie théâtrale soit aussi intelligente) Michèle Venard et Jean-Michel Guillery ont dépouillé l’histoire d’Antoine de Tounens de tout oripeau psychologisant. Si bien que le Roi de Patagonie qui pourrait n’être qu’une illustration de plus de la folie devient par le même coup une formidable fable sur le pouvoir. Et la mise en scène de Michèle Venard, avec constance, soutient ce renversement de bout en, bout.

 

Théâtral, Antoine de Tounens l’est par ce qu’a sa folie de grandiloquente et d’irréelle; enfantin, par ce qu’elle a de puéril et de naïf. Tour à tour inspiré et arrogant, démuni et déchiré, ce faux et vrai Roi a l’hystérie shakespearienne. Il est un fou dont la puérile grandeur est de croire que le pouvoir est une moindre folie. Habité, il parle de sa terre comme d’un Royaume; un royaume dont il n’est pas bien sûr qu’il soit de ce monde.

 

 C’est sa puérilité de se rêver christique, puérilité que Michèle Venard a inscrite dans la pièce sous les traits d’un double-enfant d’Antoine de Tounens, enfant au luciférien pouvoir de le soutenir dans sa démiurgie. Tout au long de son histoire il sera là. Il est l’enfance en lui de de Tounens. L’enfance du monde aussi, sur lequel il prémédite de régner; sans doute encore (mais ce serait une clé explicative superflue), l’origine; l’archangélique pouvoir au monde d’avant la Faute. De Tounens paraît rêver d’un pouvoir antérieur au péché, comme si ce n’était pas, dans les termes mêmes du christianisme, un contre sens.

 

La mise en scène de Michèle Venard , quelques réserves qu’on soit autorisé de lui faire sur des points de détail, a cette cohérence, cette homogénéité sans faille que nécessite la très serrée dramaturgie. Images produites (belles très souvent) comme acteurs dirigés (Christian Fischer-Naudin, Roch Leibovici, Dominique Péju) répondent d’elles deux, poursuivant avec simultanéité, emphase, et discrétion, hystérie et austérité (le laissant nu pour finir), le mystère de ce qu’a la folie d’Antoine de Tounens de formidablement éclairante; en même temps que d’irréparablement impénétrable.

 

Michèle Venard fait adopter à son Antoine de Tounens, bicéphale, des attitudes «symptomatiques» comme on en voit aux saintes berniniennes, à ses anges aussi, ou aux hystériques de Charcot. C'est-à-dire qu’elle laisse sans réponse la question de l’hystérie et de l’inspiration historiques, du désordre mental et de l’illuminisme religieux. Et c’est toute la force de son spectacle puisque l’un comme l’autre laissent à leur tour sans réponse la question de la rationalité politique, et dans le cas présent, coloniale.

 

«à la grimace du monde, j’ai opposé ma propre grimace, et il est arrivé qu’elle soit plus belle», concède Antoine de Tounens. L’aveu n’est pas d’un délirant; au contraire, il n’est rien moins que Shakespearien. Les images de Michèle Venard sont à la fois retenues et grimaçantes; conformes en cela à ce que présupposait sa dramaturgie. Une dramaturgie exemplaire qui justifie une mise en scène ascétique. Laquelle fait droit à ce que cette folie, apparemment fantasque, a d’aride et de désespérée. Antoine de Tounens meurt en France, dans un asile, seul et déchu de son trône- déchu comme l’ange. «Car qui se trouve malheureux de n’être pas roi, sinon un roi dépossédé» Pascal.

 

Michel Surya

 

(Extrait final du long et bel article de Michel Surya créateur de la Revue Ligne et auteur d’un Bataille, après sa vision du spectacle)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de christian.fischer.over-blog.com
  • Le blog de christian.fischer.over-blog.com
  • : Acteur formé lors des rencontres du Festival Mondial du Théâtre de Nancy, à l’école de Grotowski et à celle de la Cartoucherie de Vincennes, Christian Fischer-Naudin a jusqu'à présent consacré l'essentiel de sa carrière au théâtre.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens